Rechercher
Generic filters
DutchEnglishFrenchGermanSpanish
logo culture

Schéma culturel de la ville • 2021-2024

Introduction

fontaine pagode de la Place Couverte

La liberté, la prospérité, le développement de la société et des individus et l’émancipation humaine sont des valeurs essentielles.
Le rayonnement culturel ne doit pas se restreindre à une catégorie de citoyens, mais il doit au contraire s’ouvrir à tous.
La culture est une compétence qui se partage, c’est un relais et un lien fondamental entre les personnes, les lieux, les générations et l’avenir ; il est donc essentiel de mettre en œuvre une stratégie de politique culturelle qui garantisse la préservation et la valorisation du patrimoine culturel.

L’idée pour Anduze est de rechercher une cohérence culturelle avec son territoire et avec les objectifs politique et économiques de l’équipe municipale.

L’élaboration d’un schéma culturel part du diagnostic posé le 28 août 2020, lors des États Généraux de la Culture organisés par l’équipe municipale, qui ont réuni environ quatre-vingt acteurs de la culture d’Anduze et des communes environnantes.

Le but est de construire un territoire artistique et culturel, cohérent, dynamique, ouvert et durable.

L’écriture de ce schéma déclinera la politique de soutien à la lecture, au patrimoine, aux arts vivants et aux arts visuels.

I • Présentation du territoire

1 • Présentation de la commune

Anduze est une commune située dans le département du Gard en Occitanie ; ses habitants sont appelés les Anduziens et les Anduziennes.

C’est un site habité depuis l’époque préhistorique et tous les peuples ont laissé des traces de leur passage à différentes époques. Marqué par les guerres de religion au XVIII° siècle, Anduze est un bourg marchand et prospère jusqu’à la fin du XIX° siècle.

Aujourd’hui, le commerce est difficile à maintenir et l’attractivité d’Anduze est dépendante de la saison estivale et d’un tourisme familial dans les campings et gîtes alentours, ce qui conditionne la vie quotidienne et les activités estivales des Anduziens et Anduziennes.

La population évolue et compte aujourd’hui 3 436 habitants, avec un flux migratoire positif.

Le taux de chômage est de 23% et le revenu moyen est de 19 348 euros par an (recensement I.N.S.E.E. 2020).

Anduze est intégrée dans la communauté de communes du Grand Alès qui comprend soixante-et-onze communes et 131 000 habitants.

Anduze est une « ville à la campagne » ( 35% est en zone agricole, forestière ou naturelle) à 12 kilomètres d’Alès (39 000 habitants), et à 40 kilomètres de Nîmes (préfecture de 150 672 habitants) ; elle est située au centre Est du département, à 1h30 de la méditerranée et 1h30 des massifs cévenols, le long de la rivière du Gardon. C’est une ville desservie par les lignes routières de bus (Agglomération et Région), c’est un carrefour routier Nord / Sud-Est / Ouest qui compte également de nombreux chemins et routes de randonnées (Stevenson, Urbain V, Regordane).

En terme d’équipements, la commune est dotée d’une école maternelle, une école primaire (semaine de quatre jours), un collège, deux maisons de retraites, deux crèches, un centre d’accueil périscolaire, un CCAS, une gendarmerie, une église catholique et plusieurs protestantes, une école de musique, un office de tourisme, une maison des services, un espace polyvalent, une médiathèque, un gymnase, un terrain de football, des terrains de tennis et un futur city-stade (juillet 2021).

Les compétences culturelles, éducatives et sociales sont partagées entre une équipe d’élus, adjoints et experts. Le budget culturel est de 2% du budget total (55 000 euros pour 2021).

2 • Étude de la population

La population d’Anduze est dynamique et évolue positivement : 3 436 habitants en 2020 contre 3 323 en 2012.

Un quartier « Politique de la Ville », situé en plein centre-ville, est composé de 1 100 habitants (essentiellement des familles monoparentales et des personnes seules).

La part d’enfants et d’adolescents est importante (606 en 2020 contre 575 en 2012) grâce à la présence de structures scolaires et d’accueil de la petite enfance.

Anduze compte beaucoup de jeunes retraités actifs (1 212 en 2021 contre 979 en 2004) investis et présents au sein des associations et de la vie publique.

La population est en lien avec des associations dynamiques : artistiques, culturelles et sportives.

En terme de revenus, la population est clivée : un centre-ville en paupérisation (le taux d’activité est de 63% contre 71% dans le Gard), une banlieue traditionnellement pavillonnaire et aisée (50% de la population est propriétaire) et une zone artisanale et commerciale.

L’activité économique est basée sur l’artisanat (5% des actifs), le commerce et les services liés au tourisme (25% des actifs), peu de temps partiels (20% ) et de CDD (20% des actifs), et 681 entreprises installées sur la commune.

■ 26 % de la population est diplômée de l’enseignement supérieur, 440 personnes cherchent un emploi (145 d’entre elles ont plus de 50 ans).

3 • Environnement socio-culturel, associatif et éducatif d’Anduze

■ La lecture publique

Quasiment toutes les communes limitrophes d’Anduze sont dotées de bibliothèques ou médiathèques : Tornac, Massillargues Attuech, Générargues, Boisset et Gaujac, Lézan, Bagard, Saint-Christol-les-Alès en disposent, tandis que Corbes et Saint-Félix-de-Pallières n’en n’ont pas.

L’agglomération d’Alès gère la grande médiathèque d’Alès ainsi que celles de Saint-Christol-les-Alès, les autres sont municipales.

La médiathèque d’Anduze reste un équipement de proximité, visant à proposer une grande variété d’offres, complétant parfaitement les services existants.

■ L’environnement culturel

Anduze compte plusieurs équipements culturels et de nombreuses associations sportives et culturelles. (voir Annexe 1)

L’École de Musique Intercommunale : Conservatoire Maurice André

L’enseignement proposé par le Conservatoire Maurice André est riche et diversifié, de la musique classique au jazz en passant par les musiques actuelles et contemporaines. Il est accessible à tous, de la pratique amateur à l’accompagnement en vue d’une professionnalisation.
Elle a pour activité principale, l’enseignement de la musique, la participation à la vie culturelle locale et au développement de la pratique musicale.

Un musée de la Musique associatif est ouvert au rez de chaussée de l’école de musique pour une découverte d’instruments d’ici et d’ailleurs, et de toutes les époques, animé par une musicienne professionnelle retraitée.

■ Le patrimoine

Anduze compte un très riche patrimoine historique et géographique.

La ville et ses environs ont été peuplés depuis l’époque préhistorique et de façon continue jusqu’à aujourd’hui.
De nombreux sites sont classés ou en voie de classement (grand temple protestant, site des dolmens ….).

Il y a de nombreuses associations de passionnés et des particuliers qui ont donné ou légué de nombreux ouvrages ou études ; ces ouvrages, livres, documents sont consultables à la médiathèque et constituent un fonds documentaire important et rare.

Anduze possède un riche patrimoine autour de la poterie, avec la fabrication ancestrale des vases, qui assure une belle attractivité à la ville est ses environs.

Les liens et le travail de la médiathèque en collaboration avec l’Office de Tourisme permettent d’accueillir et de transmettre cette histoire aux nombreux touristes qui reviennent chaque été (randonnées, visites guidées ….).

Anduze propose aussi une grande diversité de paysages ; commune du Parc Nationale des Cévennes, les massifs forestiers et montagneux qui encadrent la ville sont protégés par la charte Natura 2000 et abritent de nombreuses espèces d’oiseaux et de fleurs rares.
Cet environnement draine des professionnels de la nature, des passionnés qui trouvent toute une documentation à la médiathèque et viennent également lors des rencontres organisées sur ces thèmes par l’équipe culturelle municipale.

■ Les structures à destination des enfants et des jeunes de la commune

• Deux crèches qui accueillent 40 enfants.
• Un relais d’assistantes maternelles.
• Un lieu d’accueil parents enfants associatif.
• Un accueil périscolaire : 30 enfants.
• Une école maternelle : 75 enfants.
• Une école primaire : 175 enfants.
• Un collège : 505 élèves.

■ Les structures à destination des aînés

• Deux EPAHD.
• Plusieurs associations de sport et de culture.

■ Les structures sociales

• Un CCAS compétent dans le logement social, les aides, le maintien à domicile et l’animation des seniors.
• Un médiateur social /adulte relais qui à pour mission de relier les populations aux associations et aux structures collectives, et d’animer ces relations.
• Une maison des services qui abrite les structures sanitaires et sociales (CAF, mission locale, pôle emploi, espace de vie sociale…) et qui propose des ateliers (insertion, CLAS, informatique…).

II • Un schéma culturel co-construit

1 • Un diagnostic

Les États Généraux du 28/8/2020 ont mis à jour une série d’éléments et de points négatifs qui montrent une absence totale de cohérence culturelle :
• aucun réseau constitué des acteurs socio-culturels,
• pas de cohérence sur les festivités, programmations culturelles, projets scolaires ou associatifs,
• pas d’évaluation,
• pas de lien entre la période estivale et le reste de l’année,
• pas ou peu de participations des scolaires,
• pas de médiation socio-culturelle,
• pas de relations avec l’équipe municipale sauf pour demander du matériel,
• une sensation d’être oubliés ou mal perçus,
• aucune concertation.

PAR CONTRE, une réelle volonté et une réelle dynamique pour changer les choses.

2 • Une méthode : création de groupes de travail

■ La médiathèque

Mise en place d’ateliers autour du livre et de la lecture pour maintenir une dynamique autour de la lecture commencée par le « Festival du Livre » du 19/07/2020 (festival reconduit et à développer chaque année).

L’idée est de mixer les populations touristiques et locales en été, et de continuer le reste de l’année sur des animations lectures (atelier d’écriture, lectures, calligraphie, construction de livres …) pour tous les publics.

Une salle est aménagée pour ces ateliers, contiguë à la médiathèque, dans le cadre du projet culturel, éducatif et scientifique de la médiathèque (annexe1).

Est associé à ce thème de la lecture pour tous, un choix de spectacles de théâtre et de cirque pour tous les publics délocalisés, aux centres de loisirs, dans les écoles ou les EPAHD.

À noter que la médiathèque est à nouveau en compétence municipale depuis septembre 2020.

■ Les journées du patrimoine

Deux dates décidées pour mettre en avant la richesse du patrimoine anduzien. Un groupe travaille sur la programmation de ces journées.

L’objectif est de partager, transmettre l’Histoire et les histoires de la ville d’Anduze et ses environs.

Sont présents sur la commune de nombreux collectionneurs, historiens érudits, passionnés et chercheurs sur l’histoire locale. À cela s’ajoute un fonds historique très riche consultable à la médiathèque.

Ce travail du patrimoine se fait avec l’office de tourisme, les associations locales et aussi des compagnies de théâtre qui recueillent les histoires et anecdotes de la population, et les présentent sous forme de spectacles.

Ce thème du patrimoine est donc un lien transversal et transgénérationnel qui est une priorité pour l’équipe municipale.

■ La communication : préoccupation constante et fondamentale

Un groupe de travail propose le développement de « l’onglet culture » sur le site de la mairie.

Proposition de mettre sur cet onglet une plateforme pour consulter des dossiers, visionner des spectacles, des expositions…. Grâce à des liens sur des visuels (avec l’accord pour les récupérer dans le respect des droits d’auteur, accord obtenu depuis le 01/04/2021 sur des milliers de références).

Un autre groupe de travail propose de créer des passerelles entre les acteurs culturels, les institutions, la population, les commerçants par des activités et évènements délocalisés sur les quartiers.

■ Une programmation musicale

On trouve à Anduze et dans les environs, un grand nombre de musiciens, de tous âges, de tous styles et de toutes générations, une école de musique et une réelle volonté de se produire sur la ville.

Il faut rappeler ici que l’équipe municipale est facilitatrice de projets à condition qu’ils ne soient pas clivants, qu’ils s’adressent à toute la ville et tous les publics.

Plusieurs propositions sont faites pour mettre en place des festivals (jazz, chanson française…) et reconduire ces festivals d’une année sur l’autre. Ce qui donne une cohérence et met en place des rendez-vous annuels à Anduze.

Cette programmation musicale est conditionnée à l’achat de matériel, la rénovation d’un lieu de spectacles. Un groupe travaille sur le sujet avec l’appui technique de la Scène Nationale d’Alès.

■ Le cinéma

De nombreux contacts sont pris avec des partenaires de cinéma itinérants (films ou/et documentaires).

Un groupe travaille sur le choix et la mise en œuvre de la programmation toujours dans l’esprit de partager avec le plus grand nombre.

Anduze est très sollicitée par les productions cinématographiques et leur travail est facilité à condition qu’il y ait un retour pour la population (avant-premières, journées de sensibilisation, médias…).

■ Les artistes plasticiens

Une salle d’exposition (la salle Voûtée) leur est consacrée pendant les périodes touristiques, s’étirant sur 5 mois.

Cette salle est récemment rénovée pour accueillir les artistes et leurs œuvres (artistes souvent locaux, sans que cela soit exclusif).

L’équipe municipale a fait le choix de proposer aux artistes de payer un loyer pour la période d’exposition ou de donner une de leurs œuvres, de valeur équivalente ou supérieure.

Les artistes, en majorité, préfèrent laisser une œuvre, ce qui permet de constituer un fonds artistique riche et intéressant, exposé à tour de rôle dans les locaux de la mairie, et de mettre en avant le soutien de la municipalité aux arts visuels, mais aussi sa volonté de faire accéder au plus grand nombre les travaux et les œuvres des artistes.

III • Des perspectives variées

1 • Des enjeux

■ Un schéma pour mettre en œuvre les droits culturels

Comme le dispose la loi : « la responsabilité en matière culturelle est exercée conjointement par les collectivités territoriales et l’État dans le respect des droits culturels énoncés par la convention sur la protection et la diversité des expressions culturelles du 20/10/2005« .

Nous faisons nôtres les droits culturels tels que définis par la déclaration de Fribourg de 2007 : droit de choisir et voir respecter son identité culturelle dans la diversité de ses modes d’expression, droit de connaître et voir respecter sa propre culture, d’accéder à la culture par l’éducation et l’information, droit de se référer à une ou plusieurs communautés culturelles, droit d’accéder et de participer librement à la vie culturelle de son choix, droit de s’éduquer, de se former, dans le respect des identités culturelles, droit de participer selon des procédures démocratiques à l’élaboration, la mise en place et l’évaluation des décisions en matière de coopérations culturelles…

■ Un schéma qui intègre les enjeux liés à l’égalité hommes-femmes

La thématique de l’égalité réelle entre les hommes et les femmes, consacrée par la loi du 04/08/2004, est une préoccupation transversale.

De nombreuses actions sont proposées et facilitées dans leur mise en œuvre, par de nombreux partenaires institutionnels.

■ Un schéma dans lequel l’éducation artistique et culturelle se développe

Il s’agit de développer les partenariats avec les écoles et le Collège, de faire participer les élèves aux manifestations culturelles et d’en faire aussi les acteurs de cette vie culturelle.

Il s’agit aussi de permettre à tous de s’exprimer, de se former et de pratiquer des activités artistiques, d’ouvrir des lieux de formations et de rencontres. Les résidences de territoire, déjà nombreuses, et les conventions avec les structures artistiques sont une base solide pour la mise en oeuvre de cette priorité.

■ Un schéma qui répond aux défis du développement durable

Le rôle essentiel de la culture, de la créativité et de la diversité culturelle pour relever les défis du développement durable a été reconnu par le « programme de développement durable à l’horizon 2030 » adopté par les Nations Unies en 2015 et qui fait écho à la convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. La culture a un rôle moteur pour faire prendre conscience de la fragilité des ressources naturelles, et de la diversité des approches quant à la relation de l’homme à son environnement. L‘enjeu est de faire vivre la démocratie culturelle, de faire progresser l’innovation et d’encourager la diversité.

■ Un schéma qui prend en compte les mutations liées au développement du numérique

À l’heure où le numérique est partout dans notre quotidien, il s’agit de s’approprier les nouvelles formes numériques de médiation culturelle.

Ces nouvelles technologies doivent être des outils de développement et de mutualisation culturelle, et surtout pas un frein ou un outil réservé à certains.

2 • Des actions et des idées à mettre en oeuvre

Une coopération culturelle, des groupes de travail sur les thématiques choisies, des groupes de travail non figés et accueillant des publics de toute origine, dans le respect de chacun et dans un cadre défini. Des réunions de travail, des comptes-rendus …

Une communication avec tous les publics avec un agenda culturel diffusé et affiché, des rencontres dans les quartiers à l’occasion d’évènements (fête des voisins….) ou des marchés (crieur public).

Des lieux d’expositions et de spectacles dans toute la ville, des lieux dédiés mais également chez les commerçants, sur les places, dans les bars et restaurants.

Une valorisation et une mise en oeuvre des projets et des savoirs-faire artistiques et artisanaux proposés par les associations, les musiciens, les artistes, projets cohérents avec les thématiques et les attentes de tous.

Une pérennisation des évènements (festival du livre, festival de la céramique, festival de jazz), donner à Anduze une image et en faire un lieu de rendez-vous culturels.

Des rencontres aidées et favorisées et des conférences pour faire d’Anduze une ville culturelle attractive.

Le développement de la formation sur des métiers liés à la culture ou les arts.

Favoriser la création artistique, en développant l’accueil de résidences de création, dans tous les domaines artistiques.

La transgénérationnalité et la mixité des populations autour d’actions de médiations culturelles sur des thématiques concernant la population.

La culture et de la créativité comme des outils au service de la médiation sociale et de la prévention

La création d’un tiers-lieu qui serait un espace de conseils, de formation, d’expression, de création et de développement culturel. (un espace de co-working culturel, ouvert aux artistes, partenaires … un « lieu ressources »)

L’émergence de talents et de volontés par la mise en place d’ateliers d’écriture ayant pour objectifs le souhait de transmettre et de protéger les histoires et les expériences de tous, de les inscrire dans une histoire collective.

Les coopérations et les partenariats culturels déjà très actifs avec la Scène Nationale du Cratère, le Pôle National Cirque de la Verrerie, la Bambouseraie, le Parc National des Cévennes et L’Office de Tourisme… qui sont à développer encore, ces partenariats s’inscrivant dans une démarche pérenne.

3 • Quelques freins

■ Choix d’un thème annuel culturel difficile

■ Engagement d’une population peu initiée à une diversité culturelle

■ Manque de locaux dédiés

Conclusion

Ce schéma culturel est avant tout un cadre général qui reflète les valeurs que porte l’équipe municipale en matière culturelle.

Il s’agit d’un guide de travail qui doit aider chaque acteur culturel dans l’élaboration des projets et des actions.

Son objectif premier est de dynamiser la culture et les acteurs culturels dans une cohérence avec les enjeux municipaux.

PARTAGER

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur print
Partager sur email