Rechercher
Generic filters
DutchEnglishFrenchGermanSpanish
illustration crise sécheresse

Sécheresse : Anduze est déclassée en alerte renforcée

L’arrêté préfectoral du 24 août 2022 place Anduze alerte renforcée

Arrêté préfectoral du 24 août 2022 instaurant des mesures de restriction temporaire des usages de l’eau dans le Gard
Annexe 1 : seuils et niveaux d’alerte
Annexe 2 : carte
Annexe 3 : liste des communes

Le 24 août 2022, le comité sécheresse s’est réuni  pour faire un point sur la situation hydrologique du département.

Le niveau des cours d’eau, et celui des nappes dans une moindre mesure, a bénéficié des cumuls de pluies tombées sur le département lors des différents épisodes orageux de la semaine dernière.
Les volumes sont toutefois restés modestes et les cours d’eaux ont retrouvé des débits faibles pour la saison. Dans le même temps, la baisse des températures et la fin de la saison touristique entraînent une consommation moindre sur l’alimentation en eau potable.
Le soutien d’étiage du barrage de Sénéchas, en amont de la Cèze, arrive à sa fin tandis que sur le Gardon d’Alès, le barrage des Cambous a pris le relais après la fin du soutien d’étiage assuré par le barrage de Sainte Cécile d’Andorge.

Les conditions climatiques annoncées pour les prochains jours par Météo-France ne sont pas de nature à modifier la tendance.

Compte tenu de l’ensemble des données recueillies, Mme la préfète du Gard a donc décidé, de :

• maintenir les zones Gardon aval, Cèze amont, Cèze aval et Vidourle en crise,
• déclasser les zones Gardons amont et Hérault en alerte renforcée,
• déclasser la zone Ardèche gardoise en alerte,
• maintenir les zones Dourbie-Trévezel et Vistrenque-Costières et Vistre en alerte,
• maintenir la zone Rhône et Camargue gardoise en vigilance.

Sur les communes en situation de vigilance

Il est demandé à chacun d’adopter un comportement écoresponsable, en utilisant l’eau de manière mesurée.

Sur les communes en situation d’alerte

Le remplissage des piscines privées, le lavage des voitures et le fonctionnement des fontaines en circuit ouvert sont interdits. De plus, des restrictions d’horaires pour l’arrosage sont mises en place. Sont interdits l’irrigation agricole et des jardins potagers entre 10h00 et 18h00 (sauf pour les modes d’irrigation économes en eau type goutte-à-goutte). Pour l’arrosage domestique (pelouses, jardins d’agrément), des terrains de golf et des espaces sportifs (stades), l’interdiction s’étend entre 8h00 et 20h00.

Sur les communes en situation d’alerte renforcée

Les interdictions supplémentaires concernent l’arrosage des espaces sportifs ainsi que celui des pelouses et espaces verts privés et publics. L’irrigation agricole et l’arrosage des jardins potagers sont interdits entre 8h00 et 20h00 (sauf pour les modes d’irrigation économes en eau), et une nuit sur deux si l’eau est prélevée dans un cours d’eau ou dans sa nappe d’accompagnement.

Sur les communes en situation de crise

Seuls sont autorisés l’abreuvement des animaux et les usages prioritaires de l’eau, concourant à l’alimentation en eau potable des populations, à la survie des espèces aquatiques, à la sécurité civile et à la salubrité publique. Sur ces secteurs, des dérogations très limitées sont possibles après instruction conjointe de la Chambre d’agriculture et de la DDTM, pour des cultures à forte valeur ajoutée ou à forte sensibilité pouvant entraîner des pertes de fonds.
Liste détaillée des interdictions de l’usage de l’eau

Des arrêtés de restriction d’usage de l’eau plus contraignants peuvent être pris par les maires concernés si la situation sur leur territoire le nécessite. La rédaction de ces actes est vivement recommandée sur les communes où des inquiétudes sont émises sur la continuité de la distribution en eau potable au cours de l’été.

Un nouveau point sur la situation hydrologique du département est programmé dans une quinzaine de jours. Selon l’évolution de la situation, Mme la Préfète du Gard pourra être amenée à étendre les mesures de restriction et de limitation des usages de l’eau.


Conclusions de la réunion du comité de suivi sécheresse du 10 août 2022

Le niveau des nappes et des cours d’eaux reste particulièrement bas et les mesures de restrictions des usages imposées par l’arrêté du 3 août 2022 restent nécessaires.

Cette réunion a été l’occasion de faire le point sur les différents usages et les impacts des restrictions d’eau imposées dans les bassins en crise.

La priorité absolue est bien évidemment de permettre les usages prioritaires de l’eau, tels que l’alimentation en eau potable, les exigences de la santé, la salubrité publique et la sécurité civile. En matière d’eau potable, une dizaine de communes sont en tension et des solutions sont mises en œuvre pour pallier le manque d’eau (connexion de réseaux, alimentation par camion citerne…). Madame la préfète en appelle à la responsabilité de chacun pour avoir un usage très économe de l’eau potable.

Des dérogations sont accordées uniquement pour l’agriculture, et dans un cadre très limité : il s’agit de sauvegarder les cultures sensibles afin d’éviter les pertes de fonds. Ainsi, sont acceptées en dérogation les cultures légumières, les pépinières fruitières et ornementales, les semences, les plantiers. Les demandes de dérogation sont à adresser à la chambre d’agriculture et une réponse individuelle sera apportée par le service de police de l’eau de l’État. Le rinçage des matériels, nécessaire pour des raisons sanitaires, est permis (machine à vendanger) ainsi que le remplissage des pulvérisateurs à partir de bornes pour la lutte contre les ravageurs.

Par ailleurs, il a été rappelé aux collectivités l’interdiction de l’arrosage des stades et l’obligation de fermeture des lavoirs et fontaines publiques dans les secteurs situés en crise.

Enfin, il a été indiqué que les maires peuvent prendre des arrêtés plus contraignants que l’arrêté préfectoral si la situation sur leur territoire le nécessite notamment pour les communes où des inquiétudes existent sur la continuité de la distribution en eau potable.


L’arrêté préfectoral du 3 août 2022 place Anduze en crise

Arrêté préfectoral du 3 août 2022 instaurant des mesures de restriction temporaire des usages de l’eau dans le Gard
Annexe 1 : seuils et niveaux d’alerte
Annexe 2 : carte
Annexe 3 : liste des communes

La préfète du Gard a consulté le comité de suivi de la sécheresse le 2 août 2022 pour faire un point sur la situation hydrologique du département.

Après des mois de mai et juin dépassant ou approchant des records de température et affichant de forts déficits de précipitation, le mois de juillet se classe au 1er rang des mois les plus secs depuis 1959. Dans ces conditions, les tensions observées ces dernières semaines sur les ressources en eau se sont encore aggravées et s’étendent désormais sur la quasi-totalité du département. La situation est maintenant critique sur les bassins versants du Vidourle, de la Cèze, des Gardons et de l’Hérault dans le département du Gard.

Le soutien d’étiage du barrage de Sénéchas, en amont de la Cèze, non rempli en totalité au printemps, a été ajusté pour assurer au mieux les besoins exprimés par les différents usagers de l’eau, mais pourrait s’arrêter avant la fin de l’été.

Les conditions climatiques annoncées pour les prochains jours par Météo-France ne sont pas de nature à attendre un allègement des tensions observées.

La préfète du Gard a donc décidé de :

  • classer les zones Gardons amont et Gardons aval, Cèze amont et Hérault gardois en crise,
  • maintenir les zones Vidourle et Cèze aval en crise,
  • maintenir la zone Ardèche gardoise en alerte renforcée,
  • maintenir la zone Dourbie-Trévezel en alerte,
  • maintenir la zone Vistrenque-Costières et Vistre en alerte,
  • maintien la zone Rhône et Camargue gardoise en vigilance.

Des contrôles dans 15 communes, sur 350 parcelles agricoles, sur 574 parcelles de particuliers et sur 6 terrains de sports ont permis de vérifier l’application des mesures et de rappeler les consignes d’usage parcimonieux de l’eau en cette période de crise. D’autres opérations de contrôle seront reconduites.

Un nouveau point sur la situation hydrologique du département est programmé dans une quinzaine de jours.

Retrouver toutes les informations

Site du Gard
Site Propluvia


L’arrêté préfectoral du 21 juillet 2022 place Anduze en alerte renforcée

Arrêté préfectoral du 21 juillet 2022 instaurant des mesures de restriction temporaire des usages de l’eau dans le Gard
Annexe 1 : seuils et niveaux d’alerte
Annexe 2 : carte
Annexe 3 : liste des communes

Le 19 juillet 2022, le comité sécheresse a été réuni par Mme la préfète du Gard pour faire un point sur la situation hydrologique du département.

Après des mois de mai et juin dépassant ou approchant des records de température et affichant de forts déficits de précipitation, le mois de juillet semble suivre la même trajectoire. Dans ces conditions les tensions observées ces dernières semaines sur les ressources en eau se sont encore aggravées et s’étendent désormais sur la quasi-totalité du département. La situation est particulièrement critique sur les secteurs Vidourle et Cèze aval, suivie de très près par la zone Gardon aval.

Le soutien d’étiage du barrage de Sénéchas, non rempli en totalité au printemps, a été adapté pour assurer au mieux les besoins exprimés par les différents usagers de l’eau, mais pourrait s’arrêter avant la fin de l’été.

Les conditions climatiques annoncées pour les prochains jours par Météo-France ne donne pas de perspectives de diminution des tensions observées.

Dans un souci d’équilibre entre les différents usages de l’eau, la préfète du Gard a donc décidé de :

■ Renforcer certaines restrictions sur plusieurs bassins versants :
• en classant les zones Vidourle et Cèze aval en crise,
• en maintenant la zone Gardon aval en alerte renforcée, mais en prenant des restrictions supplémentaires sur le goutte-à-goutte et la micro-aspersion dont l’usage ne sera permis qu’une nuit sur deux,
• en classant les zones Ardèche gardoise, Gardon amont et Hérault gardois en alerte renforcée,
• en classant la zone Dourbie-Trévezel en alerte.

■ Renforcer certaines restrictions sur plusieurs bassins versants :
• en classant les zones Vidourle et Cèze aval en crise,
• en maintenant la zone Gardon aval en alerte renforcée, mais en prenant des restrictions supplémentaires sur le goutte-à-goutte et la micro-aspersion dont l’usage ne sera permis qu’une nuit sur deux,
• en classant les zones Ardèche gardoise, Gardon amont et Hérault gardois en alerte renforcée,
• en classant la zone Dourbie-Trévezel en alerte.

■ Maintenir les mesures de restriction sur les autres bassins du département :
• la zone Cèze amont en alerte renforcée,
• la zone Vistrenque-Costières et Vistre en alerte,
• la zone Rhône et Camargue gardoise en vigilance.


L’arrêté préfectoral du 7 juillet 2022 maintient Anduze en alerte

Arrêté préfectoral du 7 juillet 2022 instaurant des mesures de restriction temporaire des usages de l’eau dans le Gard
Annexe 1 : seuils et niveaux d’alerte
Annexe 2 : carte
Annexe 3 : liste des communes

Des précipitations de fin juin insuffisantes pour restaurer les débits des rivières et pour remplir les nappes phréatiques déficitaires.

La préfète du Gard a consulté le comité sécheresse le 6 juillet pour faire un point sur la situation hydrologique du département.

Malgré les précipitations de la fin du mois de juin, les records de températures relevés en mai, et les températures élevées du mois de juin laissent des traces sur les ressources en eau du département. Des tensions particulièrement marquées sont observées sur les zones Vidourle et Cèze aval. Les secteurs Gardon aval et Cèze amont présentent également des déficits importants, et les écarts à la moyenne des niveaux des nappes de la Vistrenque et des Costières continuent de se creuser.

Avec les déficits pluviométriques enregistrés au printemps, le barrage de Sénéchas n’est rempli que partiellement. Le soutien d’étiage du débit de la Cèze a donc été un peu abaissé, de façon à maintenir de l’eau dans la rivière le plus longtemps possible pendant l’été.

Selon les prévisions de Météo-France pour les prochains jours, les températures devraient rester au-dessus des normales de saison, et peu de précipitations sont attendues.

La préfète du Gard a donc décidé de :
• maintenir les zones Vidourle et Cèze aval en alerte renforcée, mais en ajoutant des restrictions supplémentaires sur le goutte-à-goutte qui restera autorisé uniquement la nuit, un jour sur 2,
• classer la zone Gardon aval en alerte renforcée,
• maintenir la zone Cèze amont en alerte renforcée,
• classer la Vistrenque-Costières et Vistre en alerte,
• maintenir les zones Ardèche gardoise, Hérault Gardois et Gardon amont en alerte,
• maintenir des zones Dourbie et Trévezel, Rhône et Camargue gardoise en vigilance.


Anduze placé en alerte sécheresse par Arrêté Préfectoral du 16 juin 2022

Arrêté préfectoral du 16 juin 2022 instaurant des mesures de restriction temporaire des usages de l’eau dans le Gard
Annexe 1 : seuils et niveaux d’alerte
Annexe 2 : carte
Annexe 3 : liste des communes

Le 14 juin 2022, Marie-Françoise Lecaillon, préfète du Gard, a consulté le comité sécheresse pour faire un point sur la situation hydrologique du département.

Après un mois de mai qui a battu des records de température, le Gard connaît un début de mois de juin très chaud et très sec avec un fort déficit pluviométrique. Les services de Météo-France ne prévoient pas de précipitations significatives, et les températures s’annoncent très élevées pour les prochains jours.

Dans ces conditions, la situation déjà dégradée observée sur certaines nappes et certains cours d’eau du département devrait s’aggraver, sachant que les déficits sont déjà particulièrement marqués sur la majorité des cours d’eau.

Des manœuvres ont déjà été opérées sur le barrage de Sénéchas, qui, en complément de sa fonction d’écrêtement des crues, soutient le débit de la Cèze en période estivale. Cependant, si les conditions climatiques rencontrées ces derniers mois durent trop longtemps, ce soutien pourrait ne pas suffire pour maintenir des niveaux d’eau suffisants pour satisfaire tous les usages de l’eau.

La préfète du Gard a donc décidé de :
• placer en alerte renforcée les zones Vidourle, Cèze amont et Cèze aval ;
• placer en alerte les zones Ardèche gardoise, Hérault amont gardois, Gardon amont et Gardon aval ;
• placer en vigilance la zone Dourbie-Trévezel ;
• maintenir la vigilance déjà en place sur les zones Vistrenque-Costières-Vistre et Rhône et Camargue gardoise.

PARTAGER